De Montréal vers le monde, un regard sur l'art contemporain The view from Montreal - an exciting glimpse of contemporary art across the world

expositions / exhibitions

 

exposition en cours / current exhibition

Isabelle Landry
Israel’s Entourage
10 novembre – 22 décembre 2012

Ce projet photographique explore le milieu plutôt conservateur de la communauté juive hassidique de Montréal en présentant une série de portraits d’une famille et de leur maison. La lentille de la photographe Isabelle Landry est devenue une porte d’entrée sur la vie de cette famille qui l’a accueillie dans son chez-soi avec gentillesse, défiant les stéréotypes sur ce groupe de société complexe et souvent incompris. Avec le temps, cette série a évolué vers une réflexion personnelle de la photographe sur son rapport avec la famille, avec qui elle a développé une relation de confiance. Isabelle Landry a consciemment abordé ce projet en tant qu’observatrice, posant un regard extérieur et touchant sur cette culture qui n’est pas la sienne. Tranquillement, elle a su intégrer leur univers alors qu’un fascinant échange social s’est développé entre deux cultures, la leur et la sienne.

This photographic series explores the conservative culture of the Jewish Hassidic community of Montreal through portraits of one family and their home. Landry’s camera became the point of entry into the lives of this family who has welcomed her into their home with kindness, challenging the general perception of a complex and often misunderstood society. Along the way, this series has evolved into a personal reflection of her interaction with this family, with whom she has developed a relationship of trust. Landry approached this project as an exterior observer, consciously and considerately looking into the home of a culture that isn’t hers, and yet slowly integrated their world as a fascinating social exchange developed between two distinct cultures, theirs and hers.

Lipa, 86 x 86 cm, 2011

Clémence Grieco
Formes lentes
Dessins
10 novembre – 22 décembre 2012

Par Stéphanie Séguin

La matière est au centre des explorations sculpturales de Clémence Grieco. Déclinée, façonnée et détournée, elle est mise à l’épreuve par l’artiste à travers divers procédés physiques. Se jouant du passage de l’état liquide à l’état solide, de la précarité et de la mise en relation de divers matériaux bruts, elle parvient à la fois à leur dénaturation et à la révélation de leurs caractéristiques intrinsèques. Cette dualité que l’on pourrait qualifier d’«altération révélatrice» distingue la démarche créatrice de l’artiste.

La série d’estampes Formes lentes est un prolongement de son expérience sculpturale dont Clémence Grieco propose une transposition schématique et épurée. Quelques traits suffisent ici à rendre tangibles textures, consistances et points de tension. Il s’agit d’une traduction minimaliste de la sculpture sur papier, d’une étude sensible de la mémoire de la matière. L’altération révélatrice s’opère ici à travers le passage d’un médium à l’autre : l’artiste saisit et encode l’essence de son expérience sensible sur papier. En faisant directement appel à nos sens, elle nous invite dès lors à s’imaginer le passage inverse, à procéder au décodage sensible des formes.

L’exposition Formes lentes est la deuxième présentation de Clémence Grieco à la Galerie. Elle a participé à l’Exposition Matières sous influence du 12 mai au 30 juin 2012, commissariée par Réal Lussier. Elle exposait alors la sculpture Nous nous somme rapproché de cet état (2012) qui alliait au caractère brut des éléments une surprenante sophistication rappelant le statuaire classique.

 

Petit sculpture, 2010, crayon à l’encre s/papier, 21,5 x 28 cm

à venir / upcoming

2013

(Re) Penser la sculpture
12 janvier – 23 février 2013
Michael Doerksen + David Butler + Guillaume LaBrie

David Butler

(Re) Penser la photograpie
2 mars – 6 avril 2013
Commissaire : Marisa Portolese
Un regard sur la jeune peinture (titre provisoire)
14 avril - 18 mai 2013

La liste des artistes sera publiée en 2013

Gabrielle Laforest
Les trois énigmes
25 mai – 29 juin 2012

Les trois énigmes

Un regard sur la jeune peinture (titre provisoire)
7 septembre – 12 octobre 2013

La liste des artistes sera publiée en 2013

Fiona Annis
Les paroles qui sortent de l’ombre
19 octobre – 23 novembre 2013

Fondée sur l’idée de processus, Les paroles qui sortent de l’ombre est une recherche qui explore les propriétés physiques et chimiques de la lumière et du temps par le prisme original de l’intelligence liquide. La technique photographique archaïque du collodion humide est un processus chimique complexe qui se caractérise par l’utilisation d’une préparation à l’état liquide et sensible à la lumière. Par le recours à cette technique, le processus de formation de l’image explore une ontologie liquide qui prend forme de façon autonome. Ces études sont rassemblées dans un nouveau cycle de recherches consacré à des méditations discrètes qui utilisent la photographie, le son et des documents d’archive pour explorer les phénomènes spécifiques au mouvement du liquide, à la vitesse de la lumière et à la durée.

«Les paroles qui sortent de l’ombre» is a process-based inquiry that explores the physical and chemical properties of light and time through the unexpected lens of liquid intelligence. By employing the antiquated photographic technique of wet-plate collodion, a chemically complex process for which a defining characteristic is the use of a light sensitive concoction that requires a fluid state, the image-making process explores a liquid ontology that has its own purpose and agency. These investigations are gathered in a new cycle of work composed of discreet meditations that include photographic, archival and sound components that explore phenomena particular to the movement of liquid, the speed of light, and the duration of time.

Celestial Measures (this is where it happened)
C-type enlargement of wet-plate collodion
163 x 127cm [64 x 50 in.], 2012


passées / past

2012

 Daniel Lahaise
15 septembre – 27 octobre 2012
À la cinquantième seconde

L’exposition À la cinquantième seconde présente le résultat des dernières recherches de Daniel Lahaise menées lors de sa maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il s’agit d’une exploration alternative du portrait : le modèle ne constituant plus le sujet principal, il fait office de prétexte à une réflexion sur la dynamique qui unit l’artiste et son travail.

Ce procédé de traçage compulsif donne naissance à une image autre, qui se dérobe et se dissout sous les yeux, créant ainsi une tension dans la lecture des tableaux. Finalement, la performance conduisant à la production du dessin propose une forme possible à l’unicité du temps compris dans la construction du portrait.

Vue de l’exposition

Sans titre
Gabrielle Laforest, Geneviève Rocher, Sara A. Tremblay
7 – 28 juillet 2012

Sara A. Tremblay, performance et dessin

  • Fin de la performance et dessin

    Fin de la performance et dessin

    29 juillet 2021, 17h

  • Fin de la performance et dessin

    Fin de la performance et dessin

    29 juillet 2021, 17h

  • Fin de la performance et dessin

    Fin de la performance et dessin

    29 juillet 2021, 17h

  • Fin de la performance et dessin

    Fin de la performance et dessin

    29 juillet 2021, 17h

Matière sous influence / Mesmerizing Matter
12 mai – 30 juin, 2012

Commissaire Réal Lussier / Curated by Réal Lussier

Si la dernière décennie a vu l’affirmation de nouvelles pratiques conceptuelles, force est de constater qu’en contre-partie de récentes stratégies artistiques retiennent l’attention pour le regain d’intérêt porté à la question de la matérialité. On observe ainsi chez plusieurs jeunes artistes ce qu’on peut qualifier de « réappropriation » de la matière dans toute l’épaisseur et la profondeur de ses implications ( textures, couleurs, propriétés, diversité, potentiel symbolique ); artistes dont le travail se distingue par un savoir-faire, parfois au moyen de procédés relativement traditionnels, voire artisanaux.

While the last decade witnessed the emergence of new conceptual art practices, recent artistic approaches demonstrate the rebirth of an interest towards the questions of materiality. Indeed, many emerging artists choose to make the material their own again, through its textures, colors, characteristics, diversity, and potential symbolic. These artists’ work showcases a grand quality, sometimes distinguished by the use of more traditional processes, or craft.

Artistes / Artists : Chloé Desjardins, Péio Éliceiry, Caroline Gagnon, Pascal Gingras, Clémence Grieco, Sylvie Larouche, Mathieu Latulippe, François Simard

 

Michael Doerksen
17 mars – 21 avril 2012

Michael Doerksen utilise la sculpture afin de réfléchir à l’espace, puis utilise la notion de l’espace pour penser à la sculpture. Il s’agit d’une réflexion portant sur les matériaux qui structurent notre environnement, quelque soit leur échelle ou encore leur densité. Les œuvres récentes de Doerksen questionnent la possible ambiguïté de l’apparence des choses. A priori des objets de délectation pour le regard, les gourmandises proposées par Doerksen détournent les sensations auxquelles elles font communément appel par la nature du médium choisi.

  • Vue des expositions

    Vue des expositions

    Doerksen / Clermont

  • Votive offering

    Votive offering

    Michael Doerksen, détail, 2012

  • Vue de l'exposition

    Vue de l'exposition

    Michael Doerksen

  • Vue de l'exposition

    Vue de l'exposition

    Michael Doerksen

Guillaume Clermont
17 mars – 21 avril 2012
Cheshire Grin / Montrer les dents
  • Cheshire Grin / Montrer les dents

    Cheshire Grin / Montrer les dents

    Vue de l'exposition

  • Cheshire Grin / Montrer les dents

    Cheshire Grin / Montrer les dents

    Vue de l'exposition

  • Cheshire Grin / Montrer les dents

    Cheshire Grin / Montrer les dents

    Dessin, détail

Michael Doerksen
31 mars 2012, 14 h

Visite commentée / Guide-Tour
Organisée par Julie Richard dans le cadre d’un Stage en Histoire de l’art, Université du Québec à Montréal, UQAM.

Nous vous convions à une visite commentée de l’exposition de Michael Doerksen qui sera présent pour l’évènement. L’artiste discutera de sa démarche en plus d’aborder le thème traité dans l’exposition en cours. Une période de questions suivra durant laquelle nous vous invitons chaleureusement à émettre vos questions et commentaires.

We convey you to a guided-tour of Michael Doerksen’s exhibition. The artist, who will be among us during the event, will share his thoughts about his working process as well as speaking about the current exhibition. A question panel will follow, in which you are warmly invited to make comments and questions.


Marianne Pon-Layus
Scènes de genre
21 janvier – 25 février 2012

Les œuvres de l’exposition Scènes de genre sont influencées par des sources iconographiques telles que le cinéma hollywoodien, l’histoire de l’art, la publicité et les manuels scolaires. Les stéréotypes véhiculés par la culture visuelle sont détournés afin de mettre en lumière les occurrences et les dissemblances dans les représentations des jeunes femmes. En peignant des femmes dans des rapports de pouvoir, l’artiste explore différentes formes, médiums, textures et mises en scène afin de présenter des modèles qui échappent à une lecture normative des genres.

 

Gabrielle Laforest
Implosion

21 janvier – 25 février 2012

Tirant sa source de l’écriture, la peinture de Gabrielle Laforest est un parcours d’idées, de mots, d’images, de signes qu’elle recompose dans l’espace pictural. C’est ainsi que les signes et les images sont développés par divers procédés et se mélangent chaque fois un peu plus et s’hybrident. L’artiste veut ainsi entraîner celui qui regarde le tableau à s’interroger sur la nature, le rôle et la relation que ces divers éléments entretiennent entre eux sur une même surface.

Marisa Portolese
Saturday, January 14th from 2 to 5pm

UMA, La Maison de l’image et la photographie is pleased to present the book launch of Antonia’s Garden by Montreal artist Marisa Portolese

Gallery Lilian Rodriguez – Belgo Building – 372 Saint-Catherine Street West # 405

In Antonia’s Garden, Portolese uses portraiture, landscape and still life to explore the complexities of family and the relationship between mother and child.

The monograph includes thirty-five images produced over the course of 4 years. On the day of the event, the artist will be present and a selection of images will be on view.

A deluxe edition of the monograph, which includes an original signed print by the artist, will also be for sale.

Marisa Portolese is of Italian origin but was born in Montreal, Quebec, where she currently lives and works. She is an Associate Professor in the Photography Program in the Faculty of Fine Arts, at Concordia University. Her practice includes photography and video and her work has been exhibited widely in Canada, Europe and the United States.

2011

Question d’espace: entre ambiguïté et fiction
5 novembre – 17 décembre 2011

Une réflexion sur l’espace dans le contexte de l’art contemporain s’avère une expérience enrichissante et prolifique. Très vite, l’idée de l’espace se multiplie en infinies possibilités : l’espace crée par l’œuvre, intérieur ou extérieur, l’espace de l’artiste et celui du spectateur. Les espaces sublimés par un regard nostalgique et romantique, les espaces vastes ou restreints, les espaces qui sont crées, comme un clin d’œil, dans des lieux imaginaires où réels, les espaces habités où vides….Autant de choix possibles, poussés par notre désir de transformer, compléter, créer, magnifier, explorer, avec le sentiment d’avoir accompli un passage à l’intérieur de nous-mêmes.

Artistes : Fiona Anis, photographie, Nicolas Lachance, peinture, Lux Lindner, dessin

  • Swan Song

    Swan Song

    Fiona Annis, C-Print, 2009

  • Colonie

    Colonie

    Nicolas Lachance, huile et acrylique sur toile, 2011

  • Sans titre

    Sans titre

    Lux Lindner, dessin sur papier, 2009

  • Culte 6

    Culte 6

    Nicolas Lachance, huile sur toile, 2010

  • Sans titre

    Sans titre

    Lux Lindner, dessin sur papier, 2008

  • Swan Song (Benjamin)

    Swan Song (Benjamin)

    Cross-border route, France/Spain, C-Print, 2010

(Re) Penser la peinture
17 septembre – 29 octobre 2011

Forte d’une longue et riche tradition picturale, la scène artistique québécoise se distingue encore aujourd’hui par une relève dynamique et passionnée. Ainsi, nombreux sont ces jeunes peintres qui contribuent à faire de leur art un lieu de création et de réflexion toujours pertinent. Dans ce contexte, les jeunes artistes que nous présentons témoignent, chacun à leur manière, de la vigueur du genre pictural tout en manifestant à travers des préoccupations particulières le souci de renouveler cette pratique.

Artistes : Daniel Lahaise, Marianne Pon-Layus, Julie Trudel et François Simard

  • Sans titre

    Sans titre

    François Simard

  • Sans titre

    Sans titre

    Julie Trudel, 2011

  • Erreur d'impression

    Erreur d'impression

    Marianne Pon-Layus, 2011

  • Interlignes 1

    Interlignes 1

    Daniel Lahaise, 2011

L’éphémère : fugacité et permanence en art contemporain
11 Juin – 23 juillet, 2011

Artistes : Guillaume Clermont, Michael Doerksen, Marisa Portolese, Monica van Asperen, Z’otz* Collective, Josée Pedneault

En collaboration avec David Beauchamp et Sara Grondin, historiens de l’art, dans le cadre d’un stage en Histoire de l’art, Université de Montréal et UQAM.

Dans une société où tout se consomme dans l’instantanéité et devient désuet en un instant, l’éphémère peut devenir une idéologie directrice pour le monde de l’art et les artistes.

Favorisant une approche multidisciplinaire, cette exposition présente le concept de l’éphémère à partir de différents points de vue : idéalisé, ésotérique, naturel, cyclique et abstrait. L’art en soi est éphémère, mais sa pérennité peut être double : physique et conceptuelle. Il s’agit donc ici d’explorer cette dualité que peut avoir ce concept à travers l’art contemporain montréalais et de voir de quelle manière les artistes interprètent cette notion.

(The Ephemeral: transience and permanence in contemporary art). In a society where everything is consumed in the present and becomes obsolete thereafter, the ephemeral is a guiding ideology for the art world and artists.

Fostering a multidisciplinary approach, this exhibition explores the concept of the ephemeral from different perspectives: idealized, esoteric, instant, natural, cyclical and abstract. Art itself is ephemeral, but its’ survival may be twofold: physical and conceptual. This duality will be presented through the work of Montreal based contemporary artists and showcase how they interpret this notion.

  • Série Errances

    Série Errances

    Artiste : Josée Pedneault, impression numérique, 2007-2008

  • Escapulario

    Escapulario

    Artiste : Monica van Asperen, 2009, prise directe + collage, 86,5 x 60,50 cm

  • Vue de l'exposition

    Vue de l'exposition

    Artistes :Doerksen, Clermont, Pedneault, van Asperen, Portolese, Z'otz*collective

  • Vue de l'exposition

    Vue de l'exposition

    Artistes :Doerksen, Clermont, Pedneault, van Asperen, Portolese, Z'otz*collective

Dessin à dessein
9 avril – 28 mai 2011

Commissaire : Réal Lussier

Artistes : Marie-Claire Blais, Lise Boisseau, Michel Boulanger,  Sylvie Cotton, Patrick Coutu, Isabelle Demers, Jean-Sébastien Denis,  Martin Désilets, Robbin Deyo, Pierre Durette, Amélie-Laurence Fortin,  Stéphane Gilot, Trevor Gould, Massimo Guerrera, Tia Halliday, Dil  Hildebrand, Daniel Lahaise, Pamela Landry, Véronique La Perrière,  Stéphane La Rue, Jean-François Lauda, Renée Lavaillante, Guillaume  Lépine, Mathieu Lévesque, Serge Murphy, Adrian Norvid, Luc Paradis,  Marianne Pon-Layus, Natalie Reis, Lucie Robert, Michael Robinson,  Marigold Santos, Stephen Schofield, Marc Séguin et François Simard.

Botanica, Art + Nature
22 janvier – 26 février 2011

Depuis toujours la Nature a agit en grande Muse de l’art, inspirant les artistes à participer d’un Univers d’enchantement aux registres aussi variés qu’insaisissables. C’est avec la complicité des artistes en arts visuels que nous explorerons les dimensions que lient ces deux manifestations, l’art et la nature, complices de l’impénétrable et mystérieuse danse de la vie.

Botanica: Art + Nature
January 22– February 26, 2011
Nature has always acted as a great muse, inspiring artists to participate in a world of enchantment that can as elusive as it is varied.
The artists showing in this exhibit attempt to bind these two elements, art and nature, two accomplices in the impenetrable and mysterious dance of life.

Artistes : Josée Pedneault, Michael Doerksen, Monica van Asperen, Z’otz* Collective, Trevor Gould, Josefina Robirosa.

Monica van Asperen

2010

Trevor Gould – Michael Doerksen
13 novembre – 18 décembre 2010

sculptures + dessins aquarelles sur papier + vidéo + wall painting

Michael Doerksen, Ghost, 2010, sculpture, détail

Marisa Portolese, Pietà
18 septembre – 23 octobre 2010

Calabria, 2010, épreuve à développement chromogène, 76 x 102 cm

photographie + vidéo

Buenos Aires Photo, Foire international de photographie moderne et contemporaine, Buenos Aires – Argentina
28 – 31 octobre 2010

Artistes : Josée Pedneault, Marisa Portolese, Monica van Asperen, Sara A. Tremblay

Sara A. Tremblay, 2010

Peinture Extrême
12 juin -24 juillet 2010

Artistes : Louis-Philippe Côté, Sylvain Cousineau, Carlos Gorriarena, François Simard

Carlos Gorriarena, Nunca se sabe cuando, 1995, acylique sur toile

Pour que tu ne m’oublies pas
1er mai – 5 juin 2010

Artiste : Josée Pedneault

The installation project So that you don’t forget about me was created during an art residency in Paris in 2008. During this period, Josée Pedneault accumulated and catalogued photographs of about 200 love graffiti around the city. These graffiti were classified and then transcribed on their respective location on a map of Paris, recreating the topography of the city using the lovers’ traces.

In this work, Josée Pedneault focuses on the paradoxical natures of the love graffiti: public and private, kitsh and romantic, permanent and ephemeral. Overall, the act of making a love graffiti translate a need to believe, at a precise moment of life, that something will never change. So that you don’t forget about me proposes a reflection on the passing of time, on love relationships and on the difficulty for human beings to accept the impermanent nature of life.

Vue de l’exposition – Installation

photographie + installation au sol

Les plaines
27 mars – 24 avril 2010

Artiste : François Simard

La série des « plaines » fut l’amorce d’une série de tableaux de très grandes dimensions dont les premiers furent présentés en janvier à la galerie de l’UQAC à Chicoutimi. Le centre d’artiste Clark a présente jusqu’au 10 avril 2010, les derniers grands formats de ce corpus

Sans titre, 2008, acrylique et crayon sur papier, 76 x 56 cm

dessins, techniques mixtes sur papier

Le livre des synonymes disparus
27 mars – 24 avril 2010

Artistes : Z’otz* Collective

Z’otz* Collective, comprised of Ilyana Martínez, Erik Jerezano, and Nahúm Flores, collaboratively create quirky and often outrageous images which explore with humour, ideas of transition, displacement, containment, and evolution. For “The Book of the Disappeared Synonyms”, the Collective will present new clay sculptures and drawings on paper, which depict hybrid beasts and wild characters taken from the bizarre lands of their combined imagination

  • The counsellors

    The counsellors

    céramique, 2010

  • Curious Neighbours

    Curious Neighbours

    céramique, 2010

  • The architects hip

    The architects hip

    céramique, 2010

céramiques et dessin, techniques mixtes sur papier

2009

Toronto International Art Fair (TIAF)
14 – 18 octobre 2009

Oeuvres de Doyon Rivest, Yann Pocreau, Sara A. Tremblay, Trevor Gould

Différents points de vue : la photographie contemporaine dans la mire des jeunes photographes
12 septembre – 17 octobre 2009

Artistes: Doyon Rivest, Josée Pedneault, Marisa Portolese, Yann Pocreau, Sara A. Tremblay, Monica van Asperen

  • Marisa Portolese «Wish»

    Marisa Portolese «Wish»

    Épreuve à développement chromogène, 77 x 10cm, édition de 3

  • Josée Pedneault, «Haukipudas»

    Josée Pedneault, «Haukipudas»

    Impression numérique jet d'encre, 101 x 127 cm, édition de 5

  • Sara A. Tremblay «Le goût de l'autre»

    Sara A. Tremblay «Le goût de l'autre»

    97 x 137 cm, 2009

Clik here to view the work
11 juillet – 5 septembre 2009

Artistes : Carole Baillargeon, Eva Brandl, Maskull Lasserre, Natalia Rizo

Une exposition sur l’interaction entre le processus de création et l’environnement / An exhibition on the interaction between the creative process and the environement.

Natalia Rizzo, sculptures robotiques, 2009

Dessin, techniques mixtes, sculptures

Générations
21 mars – 25 avril 2009

Artiste : Trevor Gould

Ces nouvelles oeuvres modelées et dessinées abordent les voies de la sensibilité de la couleur et de la compréhension de l’espace culturel. Dans l’approche de Gould, ces paramètres sont développés généralement à l’intérieur de lieux où se confrontent la flore et la faune, l’imagerie animale avec des éléments figuratifs, dans le but d’explorer les diverses trajectoires de l’histoire et des idéologies. La commémoration du 150e anniversaire de la théorie de Darwin de la présente année, semble veiller sur cette exposition. Ce dessin basé sur l’allégorie incarne le transfert des habitus culturels et de l’appropriation de formes, ou encore, il représente le point de vue de celui qui contemple le monde sous les angles de la géographie, l’histoire et la tradition.

These new works of models and drawings speak to issues of an awareness and understanding of cultural space. Typically in Gould’s approach, this is developed together with locations that make use of flora and fauna, animal imagery with figurative components in order to explore issues of history and ideas. In a way this year, the 150th anniversary of Darwin’s work is a shadow caste over this exhibition. Drawing on allegory the work therefore embodies a transfer of cultural patterns and the appropriation of form or, a point of view from which to contemplate world geography, history and tradition.

Série «Generations : one hundred and fifty years of intrigue», 2009

sculptures et dessins

2008

L’abstraction : des points de vue
18 octobre – 22 novembre 2008

Artistes : Lise Boisseau, Dan Brault, Luce Meunier, Geneviève Rocher, François Simard

Vue de l’exposition : œuvres de Lise Boisseau, Geneviève Rocher et François Simard

Peinture

Des hommes et des animaux
30 août – 27 septembre 2008

Artistes : Carlos et Jason Sanchez, Z’otz* Collective, Trevor Gould, Elena Willis, Josée Pedneault

Une réflexion sur l’animalité chez l’homme et l’humanité chez les animaux / A reflection on the animalism of humans and the humanity of animals

Josée Pedneault, Ibis, 2008

Teach Me Tonight
15 juin – 26 juillet 2008

Une exposition sur la nuit, le rêve, l’amour et l’espoir / A group exhibit revolving around the subjects of Night, Dreams, Love and Hope.

Artistes : Jacynthe Carrier, Sylvain Cousineau, Suzanne Déry, Jannick Deslauriers, Jean-Marc Mathieu-Lajoie, Sylvie Moisan, Elena Willis & Jason Sanchez

Jacynte Carrier, Parklots, 2008, impression jet d’encre, 50 x 76cm

Photographie, dessin, sculpture, installation, video, casse-tête

ArteBA’08, Buenos Aires Argentina
29 mai – 2 juin 2008

Graciela Taquini, Lo Sublime/Banal, vidéo

Graciela Taquini
Granada et lo Sublime / Banal

19 avril – 24 mai 2008

Le travail est basé sur le témoignage vidéographique de l’artiste Andrea Fasani, arrêtée pendant la dictature militaire des années 70 en Argentine. Pour la première fois, Fasani parle de son arrestation dans une vidéo produite pour les Archives Witness, réalisée par Peter Gabriel en 1999.

À partir de la vidéo, Taquini choisi des fragments de texte reliés à la mémoire de Fasani, et agit tel un réalisateur qui dicterait le témoignage.

Grenade fut pensée comme une arrière-scène, une vidéo trouvée, un exorcisme ou une interrogation qui rompt avec la tradition du genre testimonial.

Granada, 2005, vidéo

I’m an Ape-man
8 mars – 12 avril 2008

Artiste : Trevor Gould

The works for “I am an Ape-man” is about the aberration of the norm. From the Albino chimp to the figure with three faces and then onto the figure in a predicament and finally with the artificial grouping of all the yellow birds from Quebec, there is the play of the abnormal, a whirl of wind, an turn of the head, a hole in a form, ripples in a pool of water, occur as circular themes each identifying a certain context for contemplation of a melancholic and somewhat aberration of a world. A chance circumstance, where the odds favour the unusual the unpredictable in which the artist is situated as an extension of this circumstance in the double play of “the Ape-man”.

  • Clown complex

    Clown complex

    argile, 167,5 x 46 x 35,5 cm, 2008

  • Predicament

    Predicament

    argile, 48 x 50,5 x 40,5 cm, 2008

  • Vue d'exposition

    Vue d'exposition

    Clown complex et Patterns of consistency where in life none exist : all the yellow birds of Quebec, 2008

  • Albino Dummy

    Albino Dummy

    argile, 155 x 41 x 43 cm, 2008

sculptures, aquarelles, installation

2007

Flash
8 septembre – 20 octobre 2007

Artistes : Claude-Philippe Benoit, Sylvain Cousineau, Tomas Kneubuhler, Carlos et Jason Sanchez, Monica van Asperen, Elena Willis

  • Crista

    Crista

    Artiste : Monica van Asperen, 100 x 124 cm, 2007

  • Sans titre # 87, Série Société de ville

    Sans titre # 87, Série Société de ville

    Artiste : Claude-Philippe Benoit, 152,4 x 183 cm, 2006

Photographie

The Argentinian Project
5 mai – 9 juin 2007

Artistes : Monica van Asperen, Lux Lindner, Leticia Obeid

Lux Lindner, «Corazon de madre demente» acrylique sur carton, 2008

Photographie, dessin, vidéo

Cathédrale Notre Dame du Bourg, Digne les Bains: Notes from a Reaction
17 mars –  28 avril 2007

Artiste : Trevor Gould

L’exposition intitulée Cathédrale Notre Dame du Bourg, Digne les Bains: Notes from a Reaction, a été conçue à partir d’une fresque médiévale dans la Cathédrale Notre Dame du Bourg à Digne les Bains, en France, traitant des vices et des vertus, de l’enfer et du paradis. Les vices étaient, curieusement, des images de personnages accompagnés d’animaux, comme si les animaux apportaient une certaine signification métaphorique, restée obscure, à l’ensemble de la fresque. Intéressé par la relation des animaux avec les humains, Gould a suivi cette idée. Au fur et à mesure, son travail est devenu plus ouvert, accueillant l’iconographie propre à l’artiste et donnant souvent le sentiment de solitude et déplacement

aquarelles, sculptures

Aquarelles sur papier, 2007

2006

Toronto International Art Fair (TIAF)
9 – 13 novembre 2006

Oeuvres de Trevor Gould, Monica van Asperen, Lux Lindner, S. Cousineau

Casse-tête
30 septembre – 4 novembre 2006

Artiste : Jean-Marc Mathieu-Lajoie

Le petit Jesus de Prague, installation, techniques mixtes, jouets

Models and Drawings for the Apollo and the Four Continents
11 mars – 15 avril 2006

Artiste : Trevor Gould

Le corpus d’œuvres Models and Drawings for Apollo and the Four Continents, nous montre le personnage de Humboldt, référence à Alexander Von Humboldt, un explorateur et naturaliste allemand qui a été acclamé en Europe pour ses textes scientifiques décrivant ses séjours en Amérique Centrale et en Amérique du Sud. Dans cette série, l’artiste utilise surtout les techniques narratives de l’illustration pour accentuer l’écart entre le geste de l’explorateur et sa signification. Le corpus est construit autour de la référence allégorique à l’œuvre Apollo and the Four Continents de Tiepolo et s’appuie aussi sur les aventures de l’explorateur. Gould fait appel à l’histoire de l’art, à des images animalières, aux thèmes d’identité et de colonisation pour produire un œuvre complexe et richement énoncée.

sculptures, aquarelles, dessin

  • Tiepolo’s Elephant

    Tiepolo’s Elephant

    Sculpture, 2005, forton, 61 x 41 x 22,8 cm

  • Models and Drawings for Apollo and the Four Continents

    Models and Drawings for Apollo and the Four Continents

    Aquarelles sur papier, 2006

  • Tiepolo’s Elephant

    Tiepolo’s Elephant

    Sculpture, 2005, forton, 61 x 41 x 22,8 cm

  • Models and Drawings for Apollo and the Four Continents

    Models and Drawings for Apollo and the Four Continents

    Aquarelles sur papier et sculpture : Humboldt Goes to America, résine polymère, 2005.

2005

Toronto International Art Fair (TIAF)
3 – 7 novembre 2005
  • The young explorer

    The young explorer

    Artiste : Trevor Gould, aquarelle sur papier

  • Vue de l'exposition

    Vue de l'exposition

    Œuvres de Monica van Asperen et René Morel

  • Sans titre

    Sans titre

    Artiste : Trevor Gould, sculpture, résine.

Société de ville / L’espace de l’inconscient romantique
19 mars – 23 avril 2005

Artiste : Claude-Philippe Benoit

Société de ville is a new remarkable photographic series, which is an invitation to witness a humanizing eye on the city. In these images, the view on the city’s inhabited buildings is often obstructed by puny undergrowth or tree branches in the foreground. As residents of the city, we could see in this superimposition the questioning of our relationship to nature. However, in subdued greyish daylight, we also discover here the atmosphere of an autumn day just before or just after the rain. In front of these works, we can feel time passing by that leaves us with the idea of a moment of silence.

Sans titre no 83

2004

Notes after Jean de la Hire
29 mai – 3 juillet 2004

Artiste : Trevor Gould

La série d’aquarelles, «Notes after Jean de La Hire», exposée pour la première fois en 2004 à la Galerie Lilian Rodriguez, présente le personnage du « boy scout » inspiré des illustrations d’aventures datant du début du 20ème siècle réalisées par Jean de La Hire.

«Notes from Jean de La Hire», featured for the first time at Galerie Lilian Rodriguez in 2004, introduced the viewer to the “Boy Scout” figure, inspired by early 20th adventure illustrations rendered by Jean de La Hire

Echo II, 2004, aquarelle sur papier

aquarelles sur papier